Année de césure : kézako ?

De plus en plus d’étudiants se laissent séduire par l’année de césure. Mais alors, que fait-on durant cette année où les études sont suspendues ? Entre stages, voyages, participation à des associations humanitaires, il est parfois difficile de s’y retrouver, en particulier lorsque ton établissement n’est pas très coopératif. MyJobmania te donne tous les conseils pour organiser tes/ton semestre(s) loin de la fac ou de ton école !

entretien_dembauche

Une césure, c’est quoi ?

Une césure est une période du cursus scolaire allant de six mois à un an qui autorise l’étudiant à mettre ses études entre parenthèses pour s’ouvrir sur le monde dans l’entreprise, faire le tour du monde ou encore s’inscrire dans des cours de langues pour progresser. Les possibilités sont multiples, mais peuvent être encadrées par ton établissement qui pourra, par exemple, inclure obligatoirement une période de stage de 6 mois dans cette même césure. Cette coupure dans le parcours scolaire est généralement proposée par les écoles d’ingénieurs ou de commerce et permet de reprendre ses études là où tu les as arrêtées.

 

Attention cependant, l’étudiant doit conserver son statut « d’étudiant » durant cette année loin des études ! Pour cela, il doit toujours être inscrit dans sa faculté ou son école. Depuis le 23 juillet 2015, cette pratique est encadrée par le ministère de l’Enseignement supérieur.

 

A quoi ça sert ?

On dit souvent que « la césure, c’est la porte ouverte sur l’emploi ! » car elle permet généralement aux étudiants de réaliser des stages et donc de faire leurs premiers pas dans le monde de l’entreprise. Or, le stage n’est pas l’unique option disponible lors d’une césure : entre service civique et création d’une start-up, ce break permet de réaliser plusieurs projets, s’ils entrent dans les termes de l’établissement dans lequel tu étudies.

  • A faire des stages

Le stage a souvent une place de choix dans la césure des étudiants. En effet, un des principaux reproches fait aux jeunes arrivants sur le marché de l’emploi est généralement le manque (ou l’absence) d’expériences en entreprise. Pour palier cela, il est donc naturel pour les étudiants de chercher à découvrir non seulement le monde de l’entreprise, mais également différents secteurs qui les intéressent pour savoir s’ils correspondent bien à leurs attentes. En effectuant un stage, tu pourras donc savoir si tu es sur la bonne voie tant au niveau de tes études que pour ton futur professionnel. Il est également possible de réaliser un stage à l’étranger pour enrichir ton CV.

Le plus souvent, les stages durant l’année de césure durent 6 mois. Ils permettent donc de se donner une idée globale du secteur sur lequel on se prépare à travailler, mais également de se créer un réseau professionnel et de gagner de l’argent ! Car un stage de plus de 2 mois est obligatoirement payé par l’entreprise qui te versera donc une indemnité de stage de 3,60€/h soit 554,40€ par mois pour 154 de stage.

  • A voyager/s’améliorer en langue(s)

Après le stage, les voyages occupent la deuxième place du classement des occupations reines des étudiants qui entrent en période de césure. Attention cependant, le « tourisme » pur et dur n’est pas forcément apprécié par tous les établissements qui n’autorisent les césures que pour les expériences professionnelles en accord avec le parcours déjà entamé. En revanche, si tu te destines à travailler dans les langues, tu peux profiter de ta césure pour t’inscrire en école de langues en Angleterre, en Espagne, en Allemagne, etc.

  • A faire des missions en associations

Au-delà du stage et du séjour linguistique, il te sera également possible (encore une fois, selon les termes de ton contrat avec ton établissement) de t’organiser pour rejoindre les rangs de bénévoles et volontaires (en France ou à l’étranger) pour participer à des actions humanitaires. Il existe également le service civique  te permettant de t’engager volontairement au service de l’intérêt général (travaux rémunérés).

  • Créer son entreprise

Et pourquoi ne pas se consacrer à son projet de création d’entreprise ? C’est une perspective qui attire de plus en plus de jeunes. En six mois ou un an, difficile de monter sa boîte de A à Z, mais cela peut être le moment idéal pour jeter les premières bases et bâtir les fondations !

Jobmania Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *